Les echos du bowl

Surf'in Nicaragua part 1

Dans la série les surfs trips de l’été, on saute un continent pour se rapprocher de chez nous et après l’indo, enchaînons sur l’amérique centrale et plus précisement le Nicaragua !

        

Un peu d’histoire afin de situer le contexte et de ne pas sombrer dans un ethnosurfisme abétissant.

Habité depuis plus de 10.000 ans par les indiens ; colonisé et génocidé par les espagnols à partir du début du XVIe Siècle, le Nicaragua a pris son envol en 1821 dans la foulée de ses voisins latino-américains ! Malheureusement l’histoire étant ce qu’elle est et les appétits des gros n’allant que rarement dans le sens du bien être général, le pays s’est vite retrouvé tiraillé entre les français, les anglais et les américains. Ces derniers mettant d’ailleurs assez rapidement les 2 autres d’accord quant à leurs leaderships dans leur zone géographique ! Exacerbant les rivalités des 2 grandes villes de l’époque, Leon et Grenada, nos amis impérialistes dirigent plus ou moins le pays jusqu’à la mise en place d’un bon gros dictateur à la sauce US comme dans toute l’amérique du sud : Somoza, qui prend le pouvoir en 1937 !

40 ans plus tard et malgré l’assassinat du 1er Somoza par un rebelle ; la famille est toujours au pouvoir, le petit frère s’est succédé au fils ainé et la 3° génération est encore plus radical et avide que les précédentes ! C’est à ce moment là qu’arrive le FSLN, créé en 1961 et qui après 17 ans de guérilla s’empare du palais présidentiel en aout 1978, obligeant le tyran à fuir le pays ! Il se réfugie au paraguay (haut lieu d’exil de tous les plus gros rascals de la planète) ou des amis rancuniers argentins et cubains des sandinistes le bazookatent dans sa bagnole !

   

Plutôt accueillie positivement par l’administration Carter au début ; la vaste campagne de redistribution des terres et de réformes entreprises par les guérilléros sandinistes agacent très vite le 1er cowboy élu à la tête du monde, Ronald Reagan !

Dès 1981, les états unis financent une contre révolution, les contras, lançant alors ce magnifique petit pays dans 8 ans de guerre civile !

 

Les sandinistes finissent par gagner mais au prix d’un pays dévasté et asphyxié ; ils continueront de gérer le pays quelques années, passent finalement la main à un autre parti en 96 et reprennent démocratiquement les rènes en 2006. Ils fétaient il y 2 semaines le 30° anniversaire de la révolution et Managua avait l’air Ina faya pendant 3 jours avec tous le pays convié pour la fiesta ! Mamy Watta nous ayant également offert de bien jolis vagues, j’ai manqué un bain de foule historique mais me suis tapé du bons gros barrels !

En résumé, on est loin du quasi siècle de paix et de prospérité costa-ricaine et le niveau de développement du pays s’en ressent ! Par contre, comme tout pays un peu épargné par la cohue touristique, les gens sont d’une gentillesse rare, les villes envoient du lourd en terme de dépaysement roots et les vagues sont un peu moins surchargés de gros ricains quoi que ça commencent à arriver ! Et surtout, conséquence géographique et non historique, la présence d’un des plus grands lacs du monde en face de la côte pacifique, génère un vent off shore permanent , 330 jours dans l’année !!! Ca c’est de la statistique surf comme on les aime !

La suite dans 1 ou 2 jours..... avec vagues et trip !

 

Retour

 ROBINSON TAINOS GUADELOUPE

EVENEMENT

> all events