Les echos du bowl

France Antilles o top!

Au vu des calamiteux reportages diffusés sur RFO (même ma grand mére "mémé" était outrée!) faisant passer l'IGWA pour une tite promenade champêtre zapant complètement l'aspect sportif, alors que l'on en a chié sévère tous les jours, ne donnant pas la parole aux team étrangers ravis par le raid et le pays qu'ils trouvaient tous merveilleux, FRANCE ANTILLES, le quotidien local, a vraiment assuré tout au long de la semaine en faisant des papiers quotidien relatant le duel entre les Guadeloupéens du team TAÏNOS et les Savoyards du team SALOMON sans oublier les autres équipes toutes héroïques durant cette folle semaine! Merci FRANCE ANTILLES!
Ci joint le dernier article de TANGUY LEMASSON paru sur une pleine page le lundi 1er décembre! Désolé pour le superbe TEAM GUADALLEMAGNE de Willy et Marianne, mais leur article paru en même temps a buggé!

RAID

LES SAVOYARDS l'emportent sur le fil

TANGUY LEMASSON France-Antilles Guadeloupe 01.12.2008

Rien ne leur a été épargné. Après les terribles chemins de la côte est de la Grande-Terre, les canyons de la Basse-Terre étaient au menu de cette folle semaine.

Olivié Lafleur, Titou Baudet de Taïnos (à gauche), Bruno Mollaret et Christophe Aubonnnet (Planèt XA Salomon) ne se sont pas lâchés d'une semelle durant toute l'épreuve. La victoire reviendra aux seconds.(Photos : Igwa)Olivié Lafleur, Titou Baudet de Taïnos (à gauche), Bruno Mollaret et Christophe Aubonnnet (Planèt XA Salomon) ne se sont pas lâchés d'une semelle durant toute l'épreuve. La victoire reviendra aux seconds.(Photos : Igwa)

 

Le duo saint-claudien de Taïnos, septième l'an dernier, termine cette fois à la deuxième place de l'Igwa, derrière les Savoyards du team Salomon, après une semaine de lutte acharnée le long des traces, sur et sous les eaux guadeloupéennes. De Saint-François à Saint-Claude, en passant par Bouillante, Anse-Bertrand ou Deshaies, les quarante « raideurs » n'ont pas eu un instant de répit. « On nous en avait parlé, donc nous savions un peu à quoi nous attendre, lâche Bruno Mollaret, de l'équipe vainqueur. On savait qu'on allait en baver et nous sommes arrivés avec pour objectif de terminer dans le top cinq. » Mission accomplie. Deuxièmes le premier jour de compétition, derrière les Guadeloupéens de Taïnos (dimanche 30), Bruno Mollaret le Haut-Savoyard et son compère Christophe Aubonnet le Savoyard ont, six jours durant, été sous la pression des deux Guadeloupéens Titou Baudet et Olivié Lafleur.

Repartir à l'aventure, de nuit

Spécialistes des sports de glisse, les Saint-Claudiens ont réussi à maintenir une pression constante sur les futurs vainqueurs, qui en étaient eux à leur première participation. « Notre truc, c'est plutôt la montagne, explique Christophe Aubonnet. Nous participons plus régulièrement à des raids du type La Diagonale des fous à la Réunion ou autour du Mont-Blanc. »

Les longs périples le long des côtes de la Grande-Terre, les terribles épreuves de coastering étaient donc leur terrain de prédilection. La chaleur n'a épargné personne, mais les vainqueurs de cette deuxième édition ont su déjouer les pièges. Tous ne peuvent en dire autant et les chutes ont fait partie du quotidien. « On a limité la casse sur les épreuves comme le surf et tout ce qui concernait la glisse, puis on a tiré parti de nos points forts, en montagne notamment. » Mais pour des montagnards, l'adaptation de la planche de snowboard à celle de surf utilisée sur les vagues guadeloupéennes n'a visiblement pas été un souci. Tout comme les épreuves nocturnes, imposées aux concurrents après les longues, très longues journées. Des épreuves qui n'ont pourtant pas gêné les montagnards. « Quelquefois, on repartait après le repas du soir, continue Mollaret, tout sourire en se souvenant de ces départs tardifs, alors que tous pensaient en avoir terminé.

« Nous avons reçu un excellent accueil de la population qui nous a guidés et aidé à remplir les questionnaires. C'était donc un plaisir » , conclut Bruno Mollaret.

Les rencontres avec les Guadeloupéens étaient au programme, cela fait partie intégrante de l'Igwa, qui compte quelques épreuves et questionnaires sur la culture et les traditions de l'île.Les rencontres avec les Guadeloupéens étaient au programme, cela fait partie intégrante de l'Igwa, qui compte quelques épreuves et questionnaires sur la culture et les traditions de l'île.

A chaque région sa spécialité. Saint-François a permis aux raideurs de s'essayer, avec plus ou moins de bonheur, aux joies de la glisse.A chaque région sa spécialité. Saint-François a permis aux raideurs de s'essayer, avec plus ou moins de bonheur, aux joies de la glisse.

Septième l'an dernier, le duo saint-claudien Baudet - Lafleur prend cette année une superbe deuxième place.Septième l'an dernier, le duo saint-claudien Baudet - Lafleur prend cette année une superbe deuxième place.

QUESTIONS A OLIVIE LAFLEUR DU TEAM TAINOS, 2E DE L'EPREUVE : « On a décidé de ne rien lâcher »

L'ambiance avec les autres équipes était extraordinaire!

Vous terminez deuxièmes, quel est votre sentiment ?

D'abord, l'objectif était de faire aussi bien que l'an dernier, à savoir finir meilleure équipe guadeloupéenne. Maintenant, pour ce qui est du classement, quand on a vu qu'on était soit premiers soit deuxièmes derrière Salomon, on s'est pris au jeu et on s'est accrochés. On est super heureux, d'autant qu'on arrive sans s'être fait mal.

Avez-vous toujours pensé pouvoir l'emporter ?

Quand on a fini deuxièmes de l'épreuve de voile, on était déçus. C'est un terrain qui nous est a priori favorable. Mais quand on s'est rendu compte que ça se jouait à un ou deux points, on a décidé de ne rien lâcher, et ça a été comme ça jusqu'au bout. C'était vraiment terrible, d'autant qu'il y a eu une cohésion géniale entre les équipes de Guadeloupe.

Quels moments forts retenez-vous de votre deuxième participation ?

Il y en a tellement! L'ambiance avec les autres équipes était extraordinaire! Sportivement, je retiendrai notre victoire sur le coastering du Moule. On est partis à fond, avec Salomon sur nos talons et quelques autres équipes. Ils pensaient qu'on connaissait bien le coin. Puis on a bluffé et laissé passer les autres. Ils se sont trompés de direction et on est arrivés avec dix minutes d'avance, suivis par le Sdis et l'équipe reconstituée Gwadallemagne. C'était génial. Tout comme l'épreuve de kayak. On n'en avait jamais fait. Les Canadiens étaient intouchables et on s'est accrochés, derrière, suivis par Salomon. On a tenu. Dans l'épreuve de sprint, on les a coiffés sur le fil et repris la tête du général. Deux grands moments!

 

Retour

 ROBINSON TAINOS GUADELOUPE

EVENEMENT

> all events