Les echos du bowl

Bonnes niouzz II

L’ONU à l’assaut des pilleurs d’océans

Braconniers de l’océan, préparez-vous à souffrir!
L’Organisation des nations-unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a fait savoir que le projet de traité international sur la pêche illégale est en bonne voie.

Fin janvier, les représentants de soixante pays se sont retrouvés à Rome, au siège de la FAO, pour avancer la rédaction du texte, dont le premier jet est désormais achevé. Le traité se propose d’empêcher les navires qui pratiquent une pêche illégale de rentrer dans les ports pour y décharger leur marchandise.

La pêche illégale est de plus en plus fréquente sur les océans du globe. Les braconniers ciblent généralement les eaux des pays du tiers-monde, qui peinent, faut de moyens à surveiller leur domaine maritime. Car le contrôle de la pêche illégale demande des moyens, satellites, aériens et des bateaux d’intervention.

Pour freiner ces activités illégales, qui contribuent à la disparition de nombreuses espèces de poisson, la FAO se propose de viser les braconniers au portefeuille, en les empêchant d’accoster pour débarquer et vendre leurs prises.

Le texte propose que chaque navire qui transporte du poisson devra requérir une autorisation d’accoster, après avoir fourni les indications sur sa cargaison, son origine, les autorisations de pêche, etc. De même, pour pouvoir se réapprovisionner en carburant et en vivres, les capitaines de navires de pêche devront montrer patte blanche. En cas de doute, les autorités portuaires pourront refuser d’accueillir le navire.

L’instauration d’un traité, qui devra encore être peaufiné avant d’être voté dans les instances de l’ONU, n’est pas la panacée. L’histoire a montré que même dans les pays qui contrôle l’entrée des navires, du poisson illégal est bien souvent blanchi dans des cargaisons légales qui sont débarquées. L’imagination des braconniers de la mer est sans fin, et il n’hésitent pas à transborder leurs prises dans des navires plus discrets, en haute mer pour ne pas être repérés.

Depuis 2005, la FAO tente d’aider les pays en développement à mieux contrôler ce qui entre dans leurs ports. L’organisation conduit un important effort de sensibilisation et de formation des autorités politiques, mais aussi les responsables de pêcheries et des ports. Une démarche qui bute contre la désorganisation et la corruption qui frappent de nombreux pays.

Les braconniers pêchent au mépris des quotas, en utilisant souvent des types de filets très destructeurs qui ont été interdits pour préserver les stocks de pêche. Notamment des palangres qui déciment la population de certains oiseaux marins, et des filets dérivants réputés tuer de nombreux cétacés et tortues de mer. Selon la FAO, les prises illégales de poisson peuvent représenter jusqu’à 30% des tonnages légaux. Le marché de la pêche clandestine dépasserait dix milliards d’euros à l’échelle planétaire. Le gros des prises illégales est le plus souvent destiné à l’Asie, mais tous les pays sont concernés, même l’Union européenne qui a déclaré en 2008 la guerre à cette activité prohibée.

Les milliers de navires qui pêchent sans autorisation menacent un peu plus une ressource halieutique déjà très ébranlée par la pêche légale, et elle est lourde de conséquences pour la vie des pêcheurs qui respectent la loi.
Denis Delbecq

Source : http://mondedurable.science-et-vie.com/2009/02/lonu-a-lassaut-des-pilleurs-doceans/

______________________________


La pub "verte" désormais sous l'œil des consommateurs

Sur un site Web dédié, baptisé Observatoire Indépendant de la Publicité, les internautes peuvent dénoncer les publicités qui leur semblent utiliser de manière trompeuse l'argument écologique. Des experts étudieront alors le dossier.

Pour lutter contre l'écoblanchiment ou greenwashing, pratique commerciale consistant à utiliser des arguments environnementaux pour vendre des produits, L'Alliance pour la planète (un collectif d'associations de défense de l'environnement) a lancé l'Observatoire indépendant de la publicité (OIP). Ce collectif appelle les internautes à signaler toute publicité suspecte et à donner leur avis. Il s'engage de son côté à vérifier que la réclame respecte la règlementation actuellement en vigueur.

L'OIP a été créé pour sensibiliser les citoyens au phénomène d'écoblanchiment. Les marques sont de plus en plus nombreuses à utiliser l'argument environnemental pour mettre en valeur leurs produits. Or, le collectif indique que « les prises de parole des marques utilisant l'environnement se multiplient. Parfois pour le meilleur, hélas trop souvent pour le pire ».

L'ONG invite donc les internautes à lui signaler tout message publicitaire semblant suspect. Le portail offre « au public les outils nécessaires pour alerter et mieux juger de la pertinence ou non d'un message publicitaire en matière environnementale ». Le consommateur peut saisir l'OIP lorsqu'il suspecte un message de contrevenir à la règlementation. L'observatoire réunit alors des experts associatifs et des professionnels de la communication pour étudier la publicité incriminée. Au bout d'un mois, l'OIP rend son avis public.

Une question débattue depuis le Grenelle de l'environnement

Dans le même temps, les internautes peuvent donner leur avis en se fondant sur les documents mis à leur disposition sur le site, Observatoiredelapublicite.fr. On leur demande également d'attribuer une note à la publicité. Cette dernière est rendue publique en même temps que l'avis de l'OIP.

Dès 2006, L'Alliance pour la planète avait alerté les autorités publiques concernant le greenwashing. Il a fallu attendre avril 2008 pour que le ministère de l'environnement de l'époque signe avec le BVP (Bureau de vérification de la publicité) la Charte d'engagement et d'objectifs pour une publicité éco-responsable. Le document vise à éviter que certaines publicités ne recourent de façon ambiguë, voire parfois abusive, à des arguments environnementaux.

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/developpement-durable-1/d/la-pub-verte-desormais-sous-lil-des-consommateurs_18175/#xtor=RSS-8
 "DANS TOUT LE CHAOS QUI NOUS ENTOURE DES BONNES NIOUZZS COMME CA FONT CARREMENT PLAISIR! ET JEGO IL FAIT QUOI POUR -ENFIN- NOUS DONNER DES BONNES NIOUZZZ!!!!"


Retour

 ROBINSON TAINOS GUADELOUPE

EVENEMENT

> all events