Les echos du bowl

Babylone Attack sur LOBOS

Notre camarade de Clean Océan project, marque de surfwear et association engagée de Fuerteventura, nous fait passer une pétition contre l'immense menace environnementale que fait peser la découverte de gros gisements pétrolier au large de Fuerteventura et de Lanzarotte, temples du surf et du windsurf européen et petits bijoux d'îles bénies par Mamie watta !!

L'île  de Lobos version "welcome in Babylone"

La même version "Welcome in paradise"

 

Personne n'habite réellement sur cette petite île au large de Fuerte, les locaux vont surfer la vagues d'un coup de jet, et le surf tripeur d'un coup de ferry pour la journée ! Il y a 5 ans j'ai loupé le ferry de retour, trop occupé à me gaver de droite et faché depuis longtemps avec les montres, je n'avais pas pensé que le gars pourrait ne pas m'attendre et me laisser en slaps et Tee shirt avec ma chérie et mes 2 filles de l'autre côté injoignable... Heureusement JAH a eu pitié du Gonzo flasheur  et un sympathique pécheur n'a pas résister à mon sprint à la nage pour le rejoindre et m'a ramené sur l'île principale !!! La vague est super, l'ambiance trop sympa et les canaries; du moins Fuerte, Lanzarotte et les petites îles autour, un véritable Mentawaï européen !!! 

 En bonus le célèbre Esteban ETIENNE, de la même Waterman family réunissant nos tininas, Leo paul, lolo et Vero régionaux, sur son spot de Fuerte dimanche dernier !!!
La reconversion dans le pétro bizness n'est pas envisageable !!!!

La pétition à aller signer :

http://www.cleanoceanproject.org/

 

et en prime pour ceux qui veulent en savoir un peu plus, un petit article du net sur le sujet :

"La société pétrolière espagnole Repsol a obtenu le feu vert de Madrid le 16 mars pour mener des exploitations offshore. Neuf forages sont prévus près de deux îles volcaniques de l’archipel des Canaries, à Fuerteventura et Lanzarote, classées comme réserves de la biosphère et Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Il s’agit l'une des principales zones d'observation de baleines et de dauphins. Pourvues d’une activité touristique considérable, d’usines de dessalement d’eau de mer et d’une faune maritime importante, les îles de Fuerteventura et Lanzarote craignent les conséquences du forage.

Les usines de dessalement dans les deux îles fournissent 100% des besoins en eau des habitants. De plus, le développement économique de ces deux îles, lié essentiellement au tourisme, est difficilement compatible avec l'industrie pétrolière. Il s’agit de la deuxième région la plus touristique d’Espagne.

« Le groupe pétrolier estime que le site pourrait devenir le plus important gisement jamais découvert dans l’histoire de l’Espagne », rapporte Le Nouvel Obs. José Manuel Soria Lopez, le ministre espagnol de l’Industrie, de l’Énergie et du Tourisme, a pour projet de limiter la dépendance énergétique de l’Espagne à hauteur de 80%. Selon les chiffres du Nouvel Obs, l'Espagne importe actuellement plus de 99% de son pétrole.

Le pétrolier espagnol Repsol détient 50% du consortium international qui exploite la zone. Cependant, il doit d’abord remettre au gouvernement un rapport sur l’impact environnemental de l’exploitation, indique un porte-parole de Repsol à l’AFP, en espérant commencer à forer d’ici 2 ans environ. La crise économique qui touche de plein fouet l’Espagne pourrait plaider en faveur de l’exploitation pétrolière.

Opposition des Canaries et de Greenpeace

Le vice-président du gouvernement canarien, José Miguel Perez, a prononcé son rejet total rappelant que "le futur des Canaries se trouve dans les énergies renouvelables et la lutte contre le changement climatique", trouve-t-on dans Le Monde.

Greenpeace Espagne s’est également engagé en organisant une mobilisation de 100 écologistes et en rappelant l’incident écologique de British Petrolium. "Nous nous trouvons dans une configuration similaire, avec des forages prévus à une profondeur semblable à celle qui avait empêché l'intervention rapide de BP pour sceller la fuite de pétrole, souligne Sarah Pizzinato, une responsable de Greenpeace Espagne."

 Astrid Thins (stg) (http://www.levif.be)

 

 

Retour

 ROBINSON TAINOS GUADELOUPE

EVENEMENT

> all events