Les echos du bowl

ARCHIVE VIDEO/ BOB MARLEY en CONCERT A TOULON EN 1980



Voici un joli document sorti par le journal VAR MATIN qui revient sur le concert historique de Sa Majesté BOB MARLEY à TOULON. Spéciale dédicace aux frangins(ines) qui y sont allés et en tremblent encore quand il en reparlent...ils ont vécus là un moment que des millions de personnes rêvent encore de vivre maintenant..FOR EVER LOVING BOB!

Le 26 juin 1980, Bob Marley se produisait devant 22.000 personnes au stade Mayol à Toulon. Un concert avec la star du reggae organisé à l'époque par l'association Albatros. Souvenirs...

Le pape du reggae est décédé le 11 mai 1981 à Miami. Un an plus tôt, il propageait sa légende dans un stade Mayol surpeuplé. Aucun témoin n'a oublié. "Nous ne savions pas que c'était impossible, alors nous l'avons fait."

NOUS NE SAVIONS PAS QUE C'ÉTAIT IMPOSSIBLE...

Rétrospectivement, l'association Albatros a bien fait d'adopter cette phrase de Cocteau. Et plutôt deux fois qu'une! Qui aurait pu croire que Bob Marley donnerait l'un de ses derniers concerts dans le Var? Et plus qu'un one-shot flamboyant, "faire Bob" à Toulon a définitivement crédibilisé Albatros dans l'organisation de spectacles.

"Nous étions une bande de 10 ou 15 jeunes, certains encore au lycée, avec des goûts différents. Le respect de la culture de l'autre nous a conduits à monter tous les genres musicaux", se souvient Dominique Khim, l'un des leaders d'Albatros (association libre basée sur l'aire

toulonnaise pour la régie et l'organisation des spectacles). "Un jour, Gilbert Coullier, associé de Jean-Claude Camus, nous demande de trouver un lieu de 6-7.000 places pour un concert de Bob Marley. Nous avons pensé au stade Mayol spontanément."

Le maire de Toulon, Maurice Arreckx, accepte en faisant voter une délibération.

BOB MARLEY DANS LE BUS AVEC LES MUSICIENS...

"Les politiques, qui ne connaissaient pas Bob Marley, ont compris l'ampleur de l'événement au fil des réservations", se souvient Claude Ardid, ancien journaliste de Var-matin, 28 ans à l'époque. Des billets sont réimprimés et vendus de la frontière italienne à Perpignan. Ils seront 22 000 spectateurs payants le jeudi 26 juin à Toulon, fans de reggae français, italiens et espagnols.

Bob est arrivé trois jours plus tôt à Marignane. Refusant la limousine qui lui était réservée, il voyage dans le bus des musiciens. Claude Ardid embarque le bassiste dans sa vieille R5. "J'étais très copain avec la bande d'Albatros, dit-il. On a passé des jours merveilleux avec les musiciens à l'hôtel Frantour la Tour Blanche. Le journal avait fait gros sur ce concert événement: c'était l'époque où les jeunes journalistes avaient carte blanche."

Les Wailers voulaient écouter de la musique? Direction le Fox-Trot, une discothèque de Sanary. Marley, déjà malade, reste à l'hôtel.

Et c'est à pied qu'il parcourt Toulon, signant des autographes dans les rues du centre-ville. Pour les jeunes Toulonnais, le concert a généré un gain de 10.000 euros (5% des recettes, le reste pour la prod de Camus), réinvesti dans Toulon 89 FM: c'est l'âge d'or des radios libres. Avant ça, il aura fallu payer la nouvelle pelouse du stade Mayol: le concert avait ruiné la précédente. "Mais nous avions tenu à tout nettoyer nous-même", insiste Dominique Khim.

Une anecdote: avant le concert, Bob et ses roadies avaient partagé un match de foot avec les journalistes, français et étrangers. "J'ai le souvenir d'un concert très zen", conclut Dominique Khim. "Il soufflait un élan de liberté, confirme Claude Ardid. C'était à la fois grandiose et artisanal, tout semblait possible. Ça reste l'une des plus belles expériences de ma vie".
SOURCE/ VAR MATIN Merci Véro pour le lien!

Retour

 ROBINSON TAINOS GUADELOUPE

EVENEMENT

> all events